Changer de métier à 25 ans est-il raisonnable ?

 
Transcription texte de la vidéo :
 
 
 
Nous passons 65 % de la journée au travail, et cela pendant 40 ans.
 
Autant vous dire que l’épanouissement professionnel est plus qu’essentiel
 
Rappelons le contexte. Vous êtes jeune adulte (20-30ans) et vous êtes sorti de l’adolescence.
 
Pendant cette période nous sommes rêveur, ambitieux.
On pense qu’on va avoir un job cool et intéressant.
Que l’on va enfin pouvoir mener une vie simple et épanouie.
 
Et soudainement, il faut arriver dans le monde du travail et la réalité nous met une gifle. 
 
Nous nous retrouvons déçu de notre première expérience, no premières impressions sont mauvaises.
 
  • Hiérarchie impitoyable
  • Environnement pas adapté
  • Mauvaise relation avec les collègues
 
C’est là que vient la question de la reconversion professionnelle.
 
Est-ce que je dois me reconvertir ? Est-ce une bonne idée ?
 
Il y a alors une hésitation. Cette hésitation est influencée par des croyances limitantes.
 
  • À 25 ans c’est trop tard : je me suis engagé dans une voie, je dois faire mes preuves
  • À 25 ans c’est trop tôt : je n’ai pas assez de recul pour décider
  • J’ai gâché mon parcours scolaire, mes parents vont me rejeter car je leur ai fait payer des études
  • C’est une honte d’avoir pris le mauvais chemin, je ne peux pas changer.
 
Bien que ces croyances soient fréquentes, elles ne sont pas vraies pour autant. Ce sont nos croyances, et non la vérité absolue. 
 
La réalité est qu’à 25 ans, nous sommes au bon moment pour changer.
 
Regardez un peu ses statistiques. 
  • En 2015 14 % des bac + 5 se reconvertissent après 2 ans
  • De 2010 à 2015, un tiers des 20-29 ans change de carrière
 
Source : DARES. Service des statistiques du ministère.
 
Il n’est donc pas rare ni anormal de changer de métier à 25 ans.
 
Je vous ai parlé de croyances limitantes, ces dernières se créent par des « on dit… » provenant de la société.
 
Plus de que de simples croyances, ce sont des mythes qui se sont créés concernant la reconversion.
 
Nous allons dès à présent démonter un par un ces mythes.
 
 

3 mythes concernant le changement de carrière 

 

1. personne ne t’embauchera

 
Contrairement à ce qu’on peut penser, la reconversion est une preuve de courage.
 
D’après une étude réalisée par le conseil d’orientation pour l’emploi, 75 % des recruteurs considère la reconversion davantage comme un atout.
 
De plus, ma propre expérience m’a montré que, lors des entretiens d’embauche, un recruteur voit le jeune comme une jeune pousse, pleine de potentiel.
 
Comme une petite graine qui peut devenir un arbre. 
On n’est donc pas dans l’idée que la reconversion soit mal vue.
 

2. tu devras recommencer en bas des échelons

 
Ce mythe peut être vrai pour certains secteurs, mais il est surtout extrêmement faux de le généraliser sur l’ensemble du marché.
 
On peut obtenir différentes positions selon le secteur, la hiérarchie de l’entreprise etc…
 
Et quand bien même vous choisissez un secteur qui nécessite de commencer « en bas », pourquoi se refuser d’y aller alors qu’il semble beaucoup vous plaire ?
 
Prenons la métaphore de la montagne.
 
imaginez vous êtes en randonnée en train de gravir une montagne.
Vous avez fait un quart de la montée, et vous vous rendez compte qu’à partir de maintenant le relief est dangereux, les éboulements sont fréquents. 
 
Est-ce que vous vous dites « tant pis je continue !  » Ou alors « stop, c’est le mauvais chemin. Je repars du bon pied et je cherche une autre montagne ».
 

3. tu seras obligé de reprendre les études, c’est long et cher.

 
Comme pour le mythe précédent, cela dépend des secteurs. Ceux qui vous ont fait croire ça sont inévitablement mal renseignés. 
 
Il existe de nos jours pleins d’alternatives comme les formations en ligne, les formations accélérées et d’autres formations certifiantes
 
Selon votre projet, vous êtes certainement en mesure d’identifier s’il va falloir (re)faire des études.
 
Par exemple, si vous avez en tête de devenir avocat, il est certain que des études en droit sont obligatoires.
 
Mai selon votre voie, vous pouvez peut-être atterrir en milieu de cursus.
 
Je connais un ami qui avait un DUT (2 ans) en poche et qui a pu intégrer une L3, sans redémarrer la fac à zéro.
Son secteur était la biologie il me semble.
 
Cela exige évidemment de se renseigner sur les possibilités.
 
Autre chose, si vous pensez connaître le monde du travail, détrompez-vous !
 
D’après plusieurs estimations, 70 % des jobs ne sont pas publiés ouvertement.
 
Ça veut dire qu’il existe un marché du travail invisible qui occupe plus de la moitié du marché total.
 
Nous ne parlerons pas de ce marché dans cet article, mais j’en ferai sûrement un à l’avenir.
 
Mais alors vers où aller et dans quoi ? 
 
 
 

Que faut-il faire ? 

 
 
Vous seul(e) avez la réponse. Personne d’autre que vous ne trouver votre voie.
 
Il faut par conséquent réfléchir.
Et réfléchir, ça veut dire prendre le temps.
 
Cela est primordial afin d’éviter d’enchaîner des métiers inutilement.
 
Une astuce cependant : avant de vous reconvertir, je vous recommande de définir si :
 
  • Vous êtes dans le mauvais secteur
  • Vous êtes dans le mauvais métier MAIS dans le bon secteur
 
 
 
Réfléchir, ça veut dire aussi travailler sur soi.
Principalement afin de mieux se connaître.
 
Pour cela, il est vital que vous expérimentiez des métiers. 
Oui, il faut faire des efforts… mais sans expérimenter par soi-même les activités, on ne peut pas juger si elles nous conviennent ou non.
 
Vous pouvez tester les métiers par le biais de stage, de bénévolat ou encore de quelques jours en immersion.
 
N’hésitez pas à vous servir de vos connaissances (relationnelles). Elles pourront vous mettre en contact avec des recruteurs qui pourraient vous proposer de venir jeter un œil dans leur entreprise.
 
 
Je vous dis tout cela comme si c’était facile, mais peut-être que vous ne savez par où commencer pour mieux vous connaître.
 
Ou peut-être que vous avez déjà essayé, mais que cela n’a pas été efficace.
 
Peut-être que vous cherchez une méthode qui fonctionne et qui aboutisse à des réponses.
 
Ou alors vous pensez n’avoir envie de rien.

Vous avez l’impression d’avoir tout essayé (du travail sur vous-même, des tests de Personnalité ou encore l’avis des gens). 
 
Si c’est le cas, ce n’est pas votre faute.
 
Vous n’avez simplement pas utilisé la bonne méthode.
 
Le test de personnalité est une proposition, une suggestion de profil venant d’un organisme. C’est donc une proposition extérieure.
 
Or le travail doit être fait par vous-même et non par un élément externe.
 
Vous avez donc besoin de vous poser les bonnes questions et peut-être même de voir la reconversion sous un autre angle.
 
Vous avez besoin d’apprendre à vous connaître.
 
 
 
Pour cela, j’ai créé pour vous une formation de 3 jours gratuite. Cliquez ici pour recevoir votre première formation par mail.
 
Je vous envoie 1 mail par jour pendant 3 jours.
 
Inscrivez-votre plus belle adresse mail et recevez instantanément la première formation.
 
L’objectif est le suivant : à la fin de ces 3 jours, mes mails vous auront permis d’avoir des réponses concrètes sur
 
  • ce que vous voulez 
  • la « bonne » direction à suivre
 
 
 
Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à en consulter d’autres sur le blog.
 
 
 
Articles complémentaires 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Leave a Reply

Your email address will not be published.